Historique

L’Association Suisse Châteaux forts a été fondée en 1927 sous le nom d’Association suisse pour la conservation des châteaux et des ruines. Parmi ses membres fondateurs, on compte le juriste et historien de l’art Erwin Poeschel et l’architecte Eugen Probst. Ce dernier a présidé l’association de 1927 à 1955.

À une époque où il n’existait pas d’institution officielle dédiée à la protection des monuments historiques et à l’archéologie, l’association s’est consacrée à la préservation du patrimoine bâti de Suisse, en particulier des châteaux.

Contrairement aux associations similaires de cette époque, l’Association Suisse Châteaux forts s’est ouverte à tous les milieux intéressés dès ses débuts.

Scuol GR, Schloss Tarasp, Illustration © bildebene.ch, Joe Rohrer, Luzern

Scuol GR, Schloss Tarasp, Illustration © bildebene.ch, Joe Rohrer, Luzern

Orientation scientifique de l’association

Hugo Schneider, directeur du Musée national, a succédé à Eugen Probst à la présidence de 1955 à 1972. Au cours de son mandat, l’association a pris une orientation plus scientifique.

Dès les premiers travaux réalisés dans les années 1930 et 1940, l’archéologie des châteaux forts a commencé à s’imposer comme une branche distincte de la recherche. Les membres du comité, à savoir Hugo Schneider et Hans Erb, ont contribué à sa percée grâce à leurs propres travaux.

Les coûts des études scientifiques et de la restauration des châteaux ont cependant pris des proportions que l’association ne pouvait plus assumer. Elle s’est donc de plus en plus limitée à accompagner les travaux de restauration par des expertises et des conseils.

Des châteaux à l’histoire culturelle du Moyen Âge

À partir des années 1970, les services archéologiques nouvellement créés et les services de protection des monuments historiques cantonaux ont pris en charge la conservation et l’étude des bâtiments fortifiés médiévaux.

De 1972 à 1997, sous la présidence du spécialiste des châteaux forts Werner Meyer, l’Association Suisse Châteaux forts s’est ainsi concentrée sur les publications scientifiques, notamment les « Nachrichten des Schweizerischen Burgenvereins » jusqu’en 1995 et la revue « Mittelalter – Moyen Âge – Medioevo – Temp Medieval » à partir de 1996, de même que la collection très appréciée « Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters » dès 1974.

Depuis 1975, l’Association Suisse Châteaux forts est membre de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH).

Bien que ses activités aient longtemps été centrées sur les fortifications médiévales, elle est devenue, au fil des dernières décennies, un organe important pour la recherche scientifique sur le Moyen Âge et l’époque moderne en Suisse.

Untervaz GR, Burgruine Rappenstein © bildebene.ch, Joe Rohrer, Luzern

Untervaz GR, Burgruine Rappenstein © bildebene.ch, Joe Rohrer, Luzern

Lausanne VD, Château Saint-Maire, © Rémy Gindroz

Lausanne VD, Château Saint-Maire, © Rémy Gindroz

La communication au grand public – plus importante que jamais !

Sous la présidence d’Heinrich Boxler de 1997 à 2003 et de Renata Windler de 2003 à 2014, l’échange d’expériences scientifiques et la sensibilisation du public à l’étude et à la préservation du patrimoine culturel médiéval ont pris encore plus d’importance.

Des excursions menées par des spécialistes et des conférences sont régulièrement organisées. Elles mobilisent un large public. C’est également Renata Windler qui a fait entrer l’Association Suisse Châteaux forts dans l’ère numérique en créant un site Internet.

Daniel Gutscher a été élu président lors de l’Assemblée générale de 2014. Il poursuit l’excellent travail de ses prédécesseurs et veille à ce que l’Association Suisse Châteaux forts puisse continuer à s’engager avec détermination en faveur de l’histoire culturelle et de l’archéologie du Moyen Âge.

En ces temps de restrictions budgétaires majeures dans le domaine de la culture, l’engagement de cette association de près de 95 ans est plus important que jamais.